Panneau d'info
1870

Situation économique de Prémery au XIXe siècle

En 1831, le maire de la commune résume la situation de Prémery, presque un demi-siècle après la Révolution : « Notre pays n’a d’autre ressource que le bois et le …

lire la suite →
1880

La carbonisation artisanale

Pratiquée depuis des siècles en forêt par de petits agriculteurs devenant charbonniers à la belle saison, elle fournissait le charbon de bois nécessaire aux forges des environs. L’Administration forestière décidait, …

lire la suite →

La dynastie des LAMBIOTTE

M. Lucien Edouard LAMBIOTTE-VIGNERON industriel demeurant à Marbehan, commune de Rulles, province de Luxembourg (Belgique) possède déjà plusieurs usines ce carbonisation : Bissen (1881) et Marbehan (1883). Les fondateurs : …

lire la suite →

Le choix de Premery

Trois raisons essentielles ont contribué à ce choix : La présence d’un important massif forestier assurant l’approvisionnement en bois ; la possibilité de recruter un personnel expérimenté en bûcheronnage et …

lire la suite →

1886 : La création de l’usine

Un arrêté de la Sous-préfecture de Cosne-sur-Loire (Nièvre) en date du 6 novembre 1886, autorise la création de l’usine LAMBIOTTE. Les premiers bâtiments sont mis en chantier, l’organisation de l’entreprise …

lire la suite →

Première grève

Le 26 janvier 1887,  alors que les travaux sont loin d’être achevés,  23 ouvriers font grève et obtiennent que leur salaire passé de 2 F à 2,50 F par jour.

lire la suite →

Les premiers fours

La carbonisation se fait en plein air dans 12 fours de type Dromart, répartis en 2 batteries de 6. Ressemblant à des meules à charbon de forêt, ils se composent …

lire la suite →
1890

Les cornues

Parallèlement aux premiers fours, à partir de 1890, sont mis en places 20 fours pouvant cuire 40 cornues verticales de 5 stères chacune. Elles assureront la carbonisation jusqu’en 1947. Chargées …

lire la suite →

les premières productions de charbon de bois

Chaque jour, on vide 1 four et les 40 cornues qui, ensemble, ont carbonisé 300 stères de bois. Vers 1891, une cornue fournit 460 kg de charbon soit 400 kg de …

lire la suite →

Emploi

En 1891 six ans après sa création, l’usine occupe de 250 à 300 personnes dont 40 à 50 charbonniers qui, auparavant, cuisaient en forêt. De nombreux petits cultivateurs de la …

lire la suite →

Deuxième usine à Demeurs

En 1891 est décidée l’installation d’une seconde usine à proximité, à Demeurs (Urzy), dans une ancienne forge.

lire la suite →

La distillation du pyroligneux

Le but est l’obtention d’acide acétique et d’alcool méthylique à un degré de pureté convenable. L’acide acétique est envoyé dans des cuves de 150 hl où il reste au repos …

lire la suite →

L’évolution de la carbonisation

En 1896, deux séchoirs verticaux, destinés à éliminer, avant cuisson, l’eau contenue dans le bois, sont mis au point par MM. LAMBIOTTE et LENCAÜCHEZ. Le bois vert, élevé par deux …

lire la suite →
1900

Les progrès de la chimie

Le 20 août 1903 un atelier de gaïacol synthétique est mis en route. En 1915, le premier atelier en France pouvant fabriquer du formol à partir du méthanol est créé …

lire la suite →
1910

les produits pharmaceutiques

Ils établissent la réputation de l’usine LAMBIOTTE dans les milieux médicaux. Ils font partie de la production dès les débuts de l’usine et jusqu’à la fin de la Seconde Guerre …

lire la suite →
1920

La pollution de la Nièvre

L’autorisation d’exploitation de l’usine était assortie de conditions, dont la construction de bassins d’épuration, ce qui ne sera réalisé qu’en 1890, après de nombreuses plaintes de riverains, des sociétés de …

lire la suite →

La centrale à gaz

L’électrification de l’usine est réalisée, vers 1922, grâce à une centrale autonome à gaz pauvre. L’éclairage nécessite alors 1 700 lampes et il faut alimenter les 70 moteurs des ateliers. …

lire la suite →

Les séchoirs tunnels

A partir de 1923, les séchoirs verticaux de 1896 sont remplacés par 4 séchoirs tunnels. Des wagonnets, les “Pétolats”, du nom de leur fabricant (Dijon), sont chargés de 4 stères …

lire la suite →

Emploi

Dans les années 1925-1930, pour l’ensemble des deux usines, le personnel comprend 300 bûcherons, 500 ouvriers, 15 chefs de fabrication, 4 ingénieurs et 4 chimistes. Il faut y ajouter le …

lire la suite →
1930

Une nouvelle production : les “bouts durs”

En 1933, commence la fabrication des « bouts durs » pour chaussures. Le lien avec la carbonisation est le solvant tiré de l’acide acétique et servant à ramollir le tissu …

lire la suite →

Les arômes alimentaires

Les recherches de Jacques Mascré, chimiste, aboutissent à l’élaboration de deux arômes : En 1938, le MCP (méthylcyclopenténol), arôme de caramel et réglisse. En 1939, l’OMP (oxyl méthylpyrone), arôme de …

lire la suite →

La réquisition collective

Elle est prononcée le 25 août 1939. Dès le 2 septembre, 127 réservistes de la 2ème réserve sont maintenus sur place. Des affectations spéciales sont accordées pour faciliter le travail …

lire la suite →

Productions mensuelles à la veille de la seconde guerre mondiale

Charbon de bois. Aggloméré : 150 tonnes. Non aggloméré : 60 à 70 tonnes. Créosote de bois : 4 tonnes. Carbonate et phosphate de créosote : 150 kg. Gaïacol : …

lire la suite →
1940

L’occupation

Le 25 juin 1940, les troupes allemandes s’installent dans différents locaux de l’usine : garages, ateliers, magasins et la maison de la famille Lambiotte qui sera évacuée le 6 avril …

lire la suite →

Usine de préférence

Le 15 mai 1941, l’usine est classée «V Betrieb» par le commandement militaire en France, ce qui la rend prioritaire tant pour la main d’œuvre que pour les matières premières …

lire la suite →

1943-1945 – Résistance – Réquisitions – Vols…

Actions de la résistance Elles avaient pour but d’entraver la production de guerre, limitant ainsi les expéditions vers l’Allemagne. Nuit du 30 avril au 1er mai 1943 : incendie du …

lire la suite →

La libération de Prémery

Le 27 août 1945, les résistants (FFI) occupent Prémery. Le 29 août, une division allemande arrive à Prémery et les résistants se replient dans un hameau voisin. Le 30 août, …

lire la suite →

La BOSNI (BOis et Scierie de la NIèvre)

Le 29 avril 1946, une SARL est créée par Auguste LAMBIOTTE, son frère Jean et leurs neveux. Elle a pour objet « Toutes exploitations forestières ainsi que toutes les industries …

lire la suite →

Les fours verticaux continus

Œuvre de Charles Coutor, le premier four vertical continu, construit en 1947, est capable de carboniser 60 000 tonnes de bois par an. Il est doublé, en 1954 par un …

lire la suite →

Incendie “Cellulo” à l’ATLAS

19 septembre 1947 : incendie à l’ATLAS dans un dépôt de celluloïd. Deux ouvrières décèdent. Quatre employés dont un prisonnier de guerre allemand sont grièvement brûlés ou blessés ainsi qu’une fillette …

lire la suite →
1950

Incendie de 1954 au four continu

20 juin 1954 : l’incendie au four continu, provoque de nombreux cas de brûlures, quelques intoxications dues au gaz se dégageant du foyer, et d’autres blessures dont une fracture du …

lire la suite →

Les séchoirs verticaux

Le premier séchoir vertical (“SV”) est mis en route en 1956. Alimenté par un « skip » avec du bois de 0,30m à 0,40m de long, même vert et non …

lire la suite →

Explosion d’un autoclave

1er septembre 1958 : l’explosion d’un autoclave au laboratoire de recherches entraîne le décès d’un jeune ingénieur. Document : Revue interne Lambiotte-Contacts n°7

lire la suite →
1960

La scission

En 1964, la mésentente entre les héritiers des principaux actionnaires aboutit à la scission du 16 juin : les Etablissements LAMBIOTTE Frères (ELF) sont dissous et remplacés par trois sociétés …

lire la suite →

Les conflits de la création a la scission.

26 janvier 1887 La première grève de l’usine ne dure que quelques heures et aboutit à une augmentation de salaire de 25%. 29 septembre 1888 130 ouvriers manifestent pour obtenir le …

lire la suite →
1970

Un important patrimoine foncier

Les usines Lambiotte ont possédé à Prémery de nombreux terrains et d’immeubles. Appartements et maisons permettaient, selon leur « standing » de loger le personnel. Avant la Seconde Guerre mondiale, les …

lire la suite →

Conflits après la scission

Usine PLF (Produits Lambiotte Frères) 6 au 19 novembre 1973 150 ouvriers en grève revendiquent le retour aux 40 heures, l’amélioration des salaires et des conditions de travail.   Usine …

lire la suite →

Pollution des sols

C’est avant tout le site lui-même qui est touché par des produits échappés accidentellement, des incidents de production, des fuites dans le réseau d’évacuation des eaux résiduaires, et probablement quelques actes …

lire la suite →

La station d’épuration

Le projet est lancé en 1978. Déjà, des mesures ont été prises pour empêcher la pollution, telle la fabrication d’un formol propre. En 1979, la station est mise en service. …

lire la suite →
1980

Production annuelle (de 1975 à 1982)

Il n’y a pas d’évolution significative. 1975 Charbon : 21000t Acide acétique : 3000t Acétate de soude : 2000t Acétate éthyl-glycol : 3000t Arômes : 30t Formol : 19000t (à …

lire la suite →
1990

Les normes « SEVESO »

En 1997, après 8 ans d’études de sécurité et 35 millions de francs de dépenses, USL peut s’aligner sur les normes Seveso exigées en raison de la présence d’une cuve …

lire la suite →

Impact sur la vie de la ville

Il s’est traduit par une économie plus florissante, particulièrement à partir des années 1920 : développement du commerce, élévation progressive du niveau de vie des salariés des usines qui bénéficient …

lire la suite →
2000

La fin de PLF – Produits Lambiotte Frères

1964 : PLF et l’Américain Cooper fondent TRL. 1975 : Regroupement de PLF et TRL au sein de SNPLF. 1979 : Rachat de SNPLF par BORDEN. 1980 : Transfert de TRL …

lire la suite →

La fin d’UsL (Usines Lambiotte)

1967 : Fusion de la SPA, y compris USL, avec UGINE-KUHLMAN. 1971 : Fusion d’UGINE-KUHLMAN avec PECHINEY pour fonder PCUK dont USL est filiale à 100%. 1982 : Division de …

lire la suite →
2010

116 années

APRÈS 116 ANS D’ACTIVITÉ, LA CHIMIE DU BOIS A CESSE D’EXISTER A PRÉMERY   

lire la suite →